Droite, centre et indépendants

Visuel détail
Logo groupe politique Droite, Centre et Indépendants
Accroche détaillée

Expression du groupe politique "Droite, centre et indépendants".

Contenu
Contenu

Expression du lundi 19 septembre 2022 - Au fil de Lyon, numéro d'automne 2022

Disette

Après la pénurie d’eau connue cet été qui a affecté le peu de verdure que connaît notre ville, c’est à une autre disette que nous sommes confrontés : celle du personnel.

Fin juin, à la police municipale, il manquait 77 policiers sur les 365 prévus.

Toujours fin juin, l’adjoint en charge de la petite enfance annonçait le gel de 200 places de crèche en cette rentrée faute de personnel suffisant.

Au mois d’août, alors que sur les 6 piscines municipales qui, théoriquement peuvent fonctionner l’été (Mermoz, Duchère, Gerland, Tête d’or, CNTB et Vaise), l’impasse avait déjà été faite sur celle de Vaise fermée au 29 juillet, cela n’a pas suffi pour faire face au manque de maîtres-nageurs sauveteurs : 4 piscines se sont vues infliger 1 jour de fermeture hebdomadaire.

Certaines communes ne connaissent pas ces problèmes et ont pris des initiatives de financement de formation pour le secours en piscine par exemple.

Le triste résultat de cette gestion par l’exécutif NUPES est un service public dégradé pour les Lyonnais… Ce problème de gestion des ressources humaines pourrait être étendu au réseau TCL où il n’est pas rare de voir sur une ligne de bus une affichette annonçant une baisse de fréquence faute de conducteurs.

Alors que le chômage existe, comment expliquer ce désamour pour travailler au sein de la Ville de Lyon ou des services publics de l’agglomération alors que la majorité NUPES ne cesse de proclamer son attachement à ceux-ci et se vanter de tout ce qui a été fait pour les personnels ? Il y a là matière à s’interroger.

Espérons qu’en cette rentrée scolaire cette désaffection ne touche pas également les écoles.

Pierre OLIVER, Président, et les élus du groupe

Titre
Archives expressions 2020, 2021 et 2022
Contenu

Expression du lundi 20 juin 2022 - Au fil de Lyon, numéro d'été 2022

Nous plébiscitons une ville belle, dynamique et sereine

Depuis quelques années, Lyon perd en qualité de vie. Embouteillages, saleté des rues, insécurité et incivilités en progression, densification déséquilibrée dans des quartiers pavillonnaires et faubouriens, perte d’esthétisme dans certaines architectures et aménagements urbains.

En parallèle de ça, on stoppe l’évolution de quartiers, comme la Part-Dieu où densification et gestes architecturaux s’y prêtent et font rayonner notre ville en apportant logements, bureaux et équipements dont Lyon a besoin.

Nous devons faire évoluer notre ville, en tenant compte de ses besoins, des nouveaux modes de vie et des exigences climatiques.

Pour autant, il est impératif que nos quartiers préservent leur qualité de vie, leur identité et surtout leur équilibre.

Quel est le sens de densifier des quartiers qui ne sont pas suffisamment desservis par les transports en commun et sont en carence d’équipements publics ? Quel est le sens de dénaturer des quartiers avec des constructions qui ne s’intègrent pas ? Quel est le sens de vouloir contraindre certains modes de transports sans en développer d’autres en parallèle pour compenser ? Quel est le sens d’enlaidir notre ville avec par exemple des urinoirs « expérimentaux » inesthétiques en secteur historique et des téléphériques heureusement abandonnés ?

Notre ville doit poursuivre sa progression, son rayonnement, sa transition écologique en tenant compte de ses habitants, de son histoire, de ses identités.

Notre groupe et les élus qui le composent se battent au quotidien pour préserver le Lyon que nous aimons, une ville belle, dynamique et sereine !

Président : Pierre Oliver

 

Expression du lundi 4 avril 2022 - Au fil de Lyon, numéro de printemps 2022

Déplacements

Aujourd’hui la majorité municipale et métropolitaine est focalisée par la chasse à la voiture et en fait l’alpha et l’oméga d’une bonne partie de sa politique sans prendre en compte la réalité des besoins des habitants et instrumentalisant la qualité de l’air qui ne cesse pourtant de s’améliorer.

Ainsi veut-elle devancer le calendrier légal sur la ZFE en interdisant au 01/09/22 la circulation et le stationnement des 6 678 véhicules crit’air 5 ou + appartenant à des Lyonnais. La loi fixe cette obligation au 01/01/23. Est-on à 4 mois près ? D’autant que ce ne sera qu’à compter du 1er janvier que les propriétaires de ces véhicules pourront bénéficier d’un prêt à taux 0 de la part de l’Etat.

Il faut cesser de croire que nos concitoyens utilisent forcément leur voiture par plaisir ; c’est généralement par nécessité car faute d’une offre de transport en commun adaptée à leurs besoins. En plus, avec la crise covid, moins de gens prennent les transports en commun…

Et que dire de sa volonté de bannir tous les véhicules jusqu’au crit’air 2 inclus en 2026 ? Comment penser que 139 000 véhicules vont disparaître en moins de 4 ans sur la seule ville de Lyon ?

Parallèlement, cette majorité EELV-LFI-PS-PC abandonne tout projet de développement de métro ce qui est particulièrement inquiétant pour la desserte d’un arrondissement comme le 5e qui manque cruellement d’un moyen de transport lourd. Après l’ineptie du transport par câble sur l’ouest lyonnais, voilà que ressort le projet d’un tramway enterré avec des stations très profondes jusqu’à 70 m (près de 3 fois celle du Vieux Lyon), solution non retenue dans le cadre de la concertation de la ligne E en 2019. Avec cette majorité, ce sont déjà 3 ans de perdus pour ce secteur.


Président : Pierre Oliver

 

Expression du lundi 17 janvier 2022 - Au fil de Lyon, numéro d'hiver 2022

2022, une année pour apporter de la sérénité aux Lyonnais !

Les élus de notre groupe vous adressent leurs meilleurs voeux. Que 2022 vous apporte santé, joie, réussite et sérénité. Nous sommes convaincus que la sérénité, comme d’autres états, est impossible quand l’action politique menée est punitive et dissuasive alors qu’elle devrait être incitative. L’encadrement des loyers mis en place par les écologistes l’illustre. Oui, il y a un problème de logement à Lyon. Oui, nous devons trouver des solutions pour rendre accessibles les logements aux citoyens dont beaucoup sont mal logés et pour un budget trop conséquent. Cependant, l’encadrement est la fausse bonne idée. Nous pensions que son application sans résultats probants à Paris aurait permis son abandon. À défaut d’inverser la situation, il pénalise les propriétaires actuels et dissuadent les futurs, durcit l’accès au logement des locataires et notamment des jeunes avec une réduction des biens sur le marché locatif, devenu trop contraignant. Dans les faits, depuis le 1/11/21, les baux signés à Lyon et à Villeurbanne dans le cadre d’une 1re mise en location, d’un changement de locataire ou d’un renouvellement sont concernés par cet encadrement. Beaucoup de propriétaires, loin d’être des rentiers comme les stigmatisent certains politiques, ne seront plus en mesure, avec la diminution brutale des loyers, d’entretenir et de conserver leurs biens. L’offre locative risque de se tendre et les dossiers de candidature pour un bien se multiplieront en disqualifiant encore un peu plus les moins sécurisants pour le bailleur. Notre famille politique est convaincue que la solution est dans une fiscalité immobilière incitative. Elle oeuvre en ce sens.

Président : Pierre Oliver

Expression du lundi 17 janvier 2022 - Supplément numéro hiver 2022 : chroniques d'une ville qui change

De l’utopie à la réalité La majorité écolo-socialo-extrême gauche souhaite présenter dans ce supplément les résultats de son action au cours de ses 500 premiers jours de mandat. Bien évidemment comme pour toute action de propagande, tout est beau, tout est parfait. Mais l’envers du décor n’est peut-être pas aussi idyllique qu’on voudrait nous le faire croire ! Car entre l’utopie des programmes électoraux et la réalité, il y a malheureusement souvent une différence, différence qui concourt à l’abstention de nos concitoyens lors des différentes élections. Ainsi, prenons quelques promesses :

  • « nous commencerons par débitumer une cour d’école par arrondissement dans les 6 premiers mois ». Aujourd’hui, 18 mois après, le compte n’y est clairement pas !
  • « nous couplerons la présence policière par l’action de médiateurs ou d’éducateurs de rue ». C’est franchement inadapté par rapport aux enjeux. On le voit bien, seule une présence massive de policiers a permis de ramener un peu de calme dans un quartier comme la Guillotière. Certains peuvent le déplorer, mais c’est la réalité.
  • réduire le trafic automobile et ses émissions ». Avec plus de 16h passées dans les bouchons sur un mois, des taux de congestion qui frôlent les 100 %, on est loin de l’objectif affiché.

Pour notre part, nous préférons prôner de l’objectif affiché. les 100 %, on est loin des taux de congestion qui frôlent dans les bouchons sur un mois, émissions ». Avec plus de 16h passées


Président : Pierre Oliver

Expression du lundi 27 septembre 2021

Engageons-nous !

Il y a quelques semaines a eu lieu la rentrée scolaire et nombre de petits Lyonnais ont repris le chemin de la crèche et de l’école.

Parallèlement les activités extra-scolaires et extra-professionnelles reprennent. Nous avons pu en avoir un avant-goût à travers les forums des associations qui se sont déroulés dans chacun de nos arrondissements début septembre.

Après 18 mois d’une crise sanitaire dont nous espérons voir bientôt la fin, il est important que chacun d’entre nous puisse renouer avec des activités sociales, culturelles et sportives. C’est nécessaire pour le bien-être et l’équilibre de chacun.

Que ce soit par l’État ou les collectivités, des dispositifs de soutien ont été mis en place pour accompagner le tissu associatif et lui permettre de surmonter les difficultés nées de cette crise Covid. Au sein du conseil municipal, nous avons encouragé l’exécutif à apporter une aide notamment dans le domaine sportif et soutenu ensuite les aides proposées.

Aujourd’hui, il appartient à chacun de nous, à titre individuel, de se mobiliser pour faire perdurer cette richesse associative. Une traduction concrète de cette mobilisation passe par l’adhésion à ces associations.

Alors, ne tergiversons plus, engageons-nous aux côtés des bénévoles qui n’hésitent pas à donner temps et énergie pour faciliter la vie sociale lyonnaise !

Droite, Centre & Indépendants
Président : Étienne BLANC

 

Expression du lundi 28 juin 2021

Insécurité : le Maire refuse d'agir

Parce qu'il défile sous une pancarte: «police nationale = scandale», parce qu'idéologiquement les Verts et l'extrême-gauche ne cessent d'excuser les délinquants, parce qu'ils considèrent que la police est violente, injuste et délinquante, le Maire de Lyon refuse d'agir pour protéger les Lyonnais qui désormais n'en peuvent plus. Les violences sur la voie publique, les rodéos, les injures faites à la Police municipale et à la Police nationale sans oublier les pompiers atteignent des sommets inégalés.

L'insécurité à Lyon fait désormais la Une des médias nationaux.

Et face à cela:

  • les effectifs de police n'augmentent pas,
  • le nombre de caméras de vidéosurveillance n'augmente pas,
  • la police municipale est sous-dotée ce qui traduit son abandon par l'exécutif.

Alors la municipalité créée des commissions comme une cellule anti-rodéo qui n'a pas vu le jour 8 mois après son annonce, elle lance des études pour juger de l'efficacité des caméras de vidéosurveillance, etc.

Et, comble du ridicule, elle crée une troupe de théâtre mixte composée de policiers et de délinquants!

Ces messages et cette politique encouragent la délinquance et provoquent déjà le départ de familles des quartiers Presqu'île ou Guillotière.

C'est irresponsable et affligeant.

Droite, Centre & Indépendants - Président : Étienne Blanc -  4 rue de la République - BP 1099-69202 Lyon cedex 01 - 04 78 30 87 38
 

Expression du lundi 29 mars 2021

Liberté
C’est le premier mot de la devise de la République française qui orne les frontons de nos bâtiments publics.
C’est aussi ce à quoi nous aspirons tous après une année de crise de la Covid-19. Liberté d’aller et venir, liberté d’aller voir ceux qui nous sont chers, liberté de retrouver ses amis et de partager un moment, pour ne citer que ces exemples.
Certes nous comprenons bien que face aux incertitudes sanitaires, cette liberté soit quelque peu entravée et pour la plupart nous l’acceptons.
Mais la crise sanitaire n’est pas le seul frein à notre liberté.
Avec l’avènement de cette nouvelle municipalité, chaque jour notre liberté s’amenuise :

  • liberté de se déplacer avec le moyen de locomotion que l’on veut,
  • liberté de manger de la viande à la cantine pour les petits Lyonnais,
  • liberté de conserver son école de quartier comme avec l'école Lévi-Strauss,
  • liberté de penser car certains voudraient réglementer ce que l’on peut voir et ne pas voir dans nos rues,
  • liberté de respecter notre langue française quand on impose désormais la déformation de l'écriture inclusive dans tous les documents de la ville de Lyon,
  • liberté d’entreprendre quand on empêche les commerces d’ouvrir s’ils le souhaitent 12 dimanches par an,
  • liberté des futurs Lyonnais qui seront handicapés par un endettement maximal…

Nous voici aujourd’hui avec un Maire et une équipe qui veulent réglementer notre vie partant du principe qu’ils savent mieux ce qui est bon pour nous.
Par le passé, nous avons connu des idéologies de ce type et malheureusement ça a toujours mal fini.

Expression du lundi 16 novembre 2020

100 jours pour imposer la ville « idéale » des écologistes aux Lyonnais
Refus du survol de Lyon par la patrouille de France le 14 juillet, opposition à la réalisation de la liaison ferroviaire Lyon-Turin dont la vocation est pourtant de transférer les poids lourds vers le rail, hostilité marquée contre la traditionnelle cérémonie du voeu des Échevins en refusant de pénétrer dans la Basilique de Fourvière, suivie le lendemain par une présence affirmée lors de la pose de la 1re pierre de la mosquée de Gerland, dénigrement du Tour de France, instauration de l’écriture inclusive, budget « genré », explosion de l’insécurité sans réaction de l’exécutif, évacuation imposée des voitures des habitants du centre-ville les 26 et 27 septembre : il n’aura pas fallu 3 mois pour que les Lyonnais comprennent la ville « idéale » que leur prépare Grégory Doucet. Bien plus que des symboles, ces décisions traduisent une forme de mépris de ce qui est populaire et festif, une volonté d’imposer des dogmes et une manière de vivre, de déconstruire notre histoire, déraciner nos traditions. Elles préfigurent d’autres interdictions, sur la Fête des Lumières, les illuminations à Noël, la culture, les transports, ou la laïcité. Une sorte de nouveau monde sinistre, d’une tristesse inouïe. Le désenchantement avant la décroissance.
Bien loin des attentes des Lyonnais !

Droite, Centre & Indépendants Président : Étienne Blanc