Expression du maire

Visuel détail
Vue de l'Hôtel de Ville depuis la place des Terreaux
Contenu
Contenu

Faire vivre la nature en ville

L’équilibre : tel est le mot d’ordre de chacun des projets que nous concevons pour la cité, notre volonté étant de ne négliger aucune dimension contribuant au bien-être des Lyonnaises et des Lyonnais. La place que nous avons choisie de réserver à la nature dans la ville depuis de nombreuses années répond à cette exigence. Aujourd’hui les 450 hectares d’espaces verts de Lyon offrent aux habitants des lieux où se ressourcer dans tous les arrondissements.

Cette dynamique se poursuit, comme l’illustre l’expérience que nous venons de lancer en végétalisant plusieurs rues du coeur Presqu’île pour définir une trame verte composée, à terme, de plantations en pleine terre dans toute la ville. En témoignent aussi les futurs aménagements du parc Élise Rivet, dans le 5e arrondissement, du clos Jouve à la Croix-Rousse, de la promenade Moncey dans le 3e, ou des allées paysagères à Gerland. Autres projets essentiels : la rénovation des petites serres du parc de la Tête d’Or et les prochaines Forêts d’Asie, qui accueilleront 30 espèces menacées d’extinction.

Car l’enjeu, outre la douceur qu’apportent à notre espace urbain ces nouveaux lieux naturels, est de faire de notre ville un acteur engagé de la lutte contre le changement climatique. Chaque nouvel espace vert permet en effet à la fois de résorber les îlots de chaleur, de limiter le ruissellement en créant des zones perméables, d’améliorer la qualité de l’air et d’oeuvrer à la préservation de la biodiversité. C’est pour cela que depuis plus de dix ans maintenant, nous n’utilisons plus de produits phytosanitaires pour entretenir nos parcs et nos jardins : car notre objectif en matière d’espaces verts est à la fois quantitatif et qualitatif.

Et c’est aussi le sens des initiatives citoyennes que nous soutenons, comme les micro implantations florales ou les jardins partagés. Aujourd’hui, nous le savons, les actions menées portent leurs fruits - l’association Arthropologia a par exemple répertorié 300 espèces d’abeilles sauvages à Lyon -. Nous devons donc rester, collectivement, mobilisés. L’ampleur des défis à relever l’exige.

Le Maire de Lyon

Edito de Lyon Citoyen d'octobre 2019