Thématique principale
Education
- Publié le 14 avril 2020

A l'école du confinement

Visuel principal
Vignette

Comment se déroulent les journées dans une école qui accueille les enfants des personnels soignants ? Témoin : Estelle Lonkpamé, directrice de l’Alaé municipal de l’école Bordas. Depuis le 23 mars, elle est présente une semaine sur trois à l’école Combe blanche.

Contenu
Contenu

On pourrait être dans un petit village. Dans une de ces écoles de campagne qui ont très peu d’élèves et plusieurs niveaux en même temps. En période d’épidémie de coronavirus, la situation est semblable à l’école Combe Blanche (8e) comme dans les 16 autres écoles municipales ouvertes pour recevoir les enfants de personnels soignants mobilisés pour aider les patients à lutter contre le Covid-19.

Du lundi au vendredi, mercredi compris, les parents déposent leurs bambins entre 7h50 et 8h. Ils se sont inscrits via Lyon en direct ou viennent spontanément. Même sans inscription préalable, ils sont acceptés à condition de répondre aux critères d’éligibilité fixés par le gouvernement (santé, soins et aide sociale à l’enfance). « Nous nous adaptons. Le partenariat Education nationale, Ville de Lyon, Association d’éducation populaire fonctionne très bien », assure Estelle Lonkpamé, responsable du périscolaire. En temps normal, elle dirige l’Alaé de l’école Marie Bordas également dans le 8e arrondissement. « Les enfants sont répartis en groupes de 8, pas un de plus », précise-t-elle. Comme d’ordinaire dans un groupe scolaire ils ont entre 3 et 11 ans. Avant leur arrivée, les agents municipaux ont nettoyé les locaux de fond en comble suivant un protocole spécifique et identique sur tous les sites.

Calme…

Les premiers adultes à prendre en charge les enfants sont les enseignants. « Les professeurs sont tous volontaires. Ils viennent une journée par semaine. » Le matin, ils font faire leurs leçons et devoirs donnés par leur propre enseignant. Les groupes, de 8 ou moins en fonction de leur nombre, sont installés dans des salles séparées, assis en respectant les distances de sécurité, et ne vont pas en récréation en même temps. « Pour éviter les contaminations éventuelles, nous laissons les portes ouvertes et les lumières allumées dans les pièces qui le nécessitent », souligne Estelle Lonkpamé.

L’équipe du temps périscolaire arrive en fin de matinée. Première tâche, le suivi de la cantine. Dans ce cas encore, les convives déjeunent uniquement avec leur groupe et… « les groupes ne doivent pas se croiser. De plus, chacun a une barquette individuelle. » Les repas sont fournis gratuitement par la Ville.

De 13h30 à 15h30, retour en classe avec les professeurs.

15h30 sonne la fin de l’école. Les enfants peuvent se détendre… tout en respectant les mesures barrière. Chaque groupe est encadré par deux animateurs. « Heureusement le temps est avec nous donc nous proposons essentiellement des activités en extérieur en utilisant le moins de matériel possible. » Car il n’est pas envisageable que les enfants se passent un ballon par exemple, chaque objet pouvant en effet être vecteur du virus. « La situation nous a obligés à faire des recherches pour trouver des activités où il ne peut pas y avoir d’interaction. » A côté, du jeu de cache-cache ou 1, 2, 3… soleil…, « nous avons trouvé d’autres jeux qui nous serviront toujours une fois le confinement terminé. » Ils se déroulent dans un calme inhabituel pour une cour d’école. « Nous avons quand même pu nous occuper du potager de l’école car nous avions un arrosoir pour chaque enfant présent. »

Protection

Avec des médecins, infirmières… pour parents, les petits comprennent et appliquent scrupuleusement les consignes pour se protéger notamment le lavage régulier des mains. « Ils ne sont pas surpris, ils sont bien sensibilisés et ils sont contents d’être ici. » L’accueil est prévu jusqu’à 18h30, les papas et mamans peuvent récupérer leurs bambins à l’heure qui leur convient dès 15h30.

Une fois la journée terminée, « nous nettoyons à nouveau tous les points de contact avant de fermer l’école, c’est-à-dire les poignées de porte, les interrupteurs… ». Arrivé au vendredi, Estelle passe le relais à une autre équipe qui fera de même une semaine plus tard. Puis Estelle reviendra et ainsi de suite…

Et les tout-petits

Evidemment les règles sont strictement les mêmes pour les tout-petits. Avec d’autres adaptations. Ainsi, pour ceux qui font encore la sieste. Celles-ci se font sans drap et toujours dans la même couchette identifiée dès le premier jour. Une désinfection des couchettes est systématiquement effectuée après le repos.

Pour les « encore » plus petits, 20 Etablissements d’accueil de jeunes enfants sont ouverts à Lyon, dont 4 crèches municipales, 3 crèches hospitalières, 3 crèches privées et 10 crèches associatives ce qui représente 290 places.

Et le week-end

Deux établissements accueillent les enfants les samedi et dimanche de 8h à 18h30.

En savoir plus sur l'organisation de l'accueil des enfants des personnes mobilisés

Vidéo

Bloc recherche - Actualités