Thématique principale
Santé
- Publié le 21 Mai 2019

Journées nationales de la macula

Visuel principal
Vignette

Pour la 4e année consécutive, du 24 au 28 juin, les Journées nationales de la macula donnent rendez-vous aux Français pour s’informer sur les pathologies de la macula et proposer aux personnes à risque de se faire dépister.

Contenu
Contenu

Simple, rapide, indolore, le dépistage précoce est indispensable pour diagnostiquer une éventuelle maladie de la macula au plus tôt, avant que celle-ci n’entraîne des dommages visuels pouvant être graves et irréversibles. Autant de bonnes raisons de profiter des Journées pour se rendre dans un des nombreux centres de dépistage partenaires présents sur tout le territoire !

Le dépistage : simple et sans douleur

Le dépistage des atteintes de la macula s’appuie sur un examen simple à réaliser par l’ophtalmologiste : l’examen du fond d’oeil qui permet d’observer les structures de l’oeil situées en arrière du cristallin, et particulièrement la rétine. Cet examen ne dure que 5 à 10 minutes, et est totalement indolore. Par ailleurs, la gêne visuelle liée à la dilatation des pupilles ne dure que quelques heures et n’est absolument pas douloureuse.

Le dépistage précoce des maladies de la macula permet une prise en charge rapide pour freiner la progression de la maladie et préserver ainsi la vision du patient.

Trois pathologies en ligne de mire

  • La dégénérescence maculaire liée à l’âge (DMLA), maladie de l’oeil qui touche le centre de la rétine et représente la première cause de malvoyance chez les personnes de plus de 50 ans en France. Elle peut apparaître sans symptômes et entraîner une perte de la vision centrale si elle n’est pas dépistée et traitée rapidement. D’où la nécessité pour toute personne de plus de 55 ans de faire contrôler sa vision par un spécialiste chaque année.
     
  • La maculopathie diabétique, principale cause de malvoyance chez les personnes diabétiques. Tout patient diabétique est exposé à ce risque de complication du diabète qui peut avoir de lourdes conséquences au plan visuel, en l’absence de dépistage précoce et de prise en charge rapide. Toute personne atteinte de diabète de type 1 ou 2 doit donc faire contrôler régulièrement votre vue par un spécialiste.
     
  • La maculopathie myopique, une des principales causes de malvoyance, voire de cécité, des personnes atteintes de forte myopie (correction optique de -6 dioptries ou plus). Causée par un étirement de la rétine qui se produit lorsque le globe oculaire de la personne est plus long que la normale, cette maladie peut parfois s’accompagner de lourdes complications. Les myopes forts doivent donc impérativement faire contrôler leur vision chaque année par un spécialiste.

Dépistage, mode d’emploi : du 24 au 28 juin

Pour faciliter le dépistage des maladies de la macula, durant la dernière semaine de juin, les ophtalmologistes et services hospitaliers partenaires ouvriront leurs portes à tous les patients ayant pris rendez-vous pour bénéficier d’un examen du fond d’oeil. Concrètement :

  • Le dépistage concerne les personnes ne présentant pas de signes d’atteinte de la macula (en cas de signes évocateurs, une prise en charge en urgence est indispensable) et ayant les caractéristiques suivantes :
    - âgée de 55 ans ou plus non suivie ou n’ayant pas bénéficié d’un examen ophtalmologique depuis plus d’une année ;
    - et/ou souffrant de diabète et ne bénéficiant pas d’un suivi ophtalmologique régulier ;
    - et/ou souffrant de myopie forte (correction supérieure à -6 dioptries).
     
  • Selon les centres, la consultation et l’examen de dépistage pourront être gratuits ou payants.
     
  • Si les examens de dépistage révèlent des signes d’atteinte de la macula, un bilan plus approfondi sera programmé (OCT ou Tomographie en Cohérence Optique, angiographies rétiniennes, etc.), pour confirmer ou non ce diagnostic.
Pour connaître la liste des ophtalmologistes et des services partenaires, leurs coordonnées et les plages horaires dédiées, il suffit de consulter le site journees-macula.fr ou de téléphoner au 0 800 002 426 (service et appel gratuits).

Bloc recherche - Actualités