Le Japon en duo

Accroche Date / Lieu
Du 10 septembre au 31 décembre, Galerie Le Réverbère
Visuel principal
le japon en duo
© Géraldine Lay - Kyoto, Japon, 2017 - Galerie Le Réverbère
Thématique principale
Exposition
Accroche détaillée

L’un, Marc Riboud, en noir et blanc, a voyagé au Japon en 1958 et aurait eu 100 ans en 2023. L’autre, Géraldine Lay, en couleur et 50 ans, est partie au hasard de ses itinéraires quatre fois trois semaines (de 2016 à 2019) à la découverte de cet archipel. Chacun devant cet inconnu, sans protocole et sans attente préméditée, laisse la fragilité de sa perception diriger la découverte.
L'exposition présente le Japon sous deux périodes : d'un côté le Japon au XXe siècle, par Marc Riboud, et de l'autre, le Japon au XXIe siècle, par Géraldine Lay.

Contenu
Contenu

Les artistes

Marc Riboud

« Tokyo, 1958 »

En 1955, Marc Riboud décide de partir loin, pour fuir la France, sa famille et même Magnum. En 1958, il clôt son périple par l’Indonésie et le Japon, sujet de son premier livre. Les routes afghanes, indiennes, chinoises et japonaises lui ont appris, dit-il, « quelque chose qu’aucun maître si grand soit-il n’aurait pu m’enseigner ». L’oeuvre de Marc Riboud, malgré son incroyable diversité, reste extrêmement cohérente, parce qu’il aborde tous les sujets en gardant un continuum d’esthétique et de sensibilité qui doit beaucoup au fait qu’il n’a quasiment jamais accepté de travail de commande, ne voulant pas plaquer par avance un angle de vue sur un sujet ou un voyage. Marc Riboud a été « très très heureux de [son] séjour à Tokyo », frappé par « cet équilibre sur la corde raide que les Japonais maintiennent avec difficulté, entre cette furieuse occidentalisation et industrialisation, et l’instinct oriental qui demeure dans la vie quotidienne de chacun », ainsi que par « l’aspect chaotique d’une société livrée aux hasards du libéralisme ».

 

Géraldine Lay

« Quatre automnes, 2016-2019 »

Lors du premier voyage, elle photographie peu et ne comprend qu’à son retour en regardant les planches contacts ce que le Japon a d’étrange et d’insaisissable. Elle repart pour trois séjours de trois semaines en trois ans sans que l’étrangeté du pays disparaisse. Comme Nicolas Bouvier dans les « Chroniques japonaises », Géraldine Lay constate qu’ « autrefois comme aujourd’hui, les gens de ce pays vivaient secrètement. » Les individus photographiés semblent enchevêtrés dans les mailles d’un décor. L’artiste appréhende tout d’abord mentalement les territoires qu’elle a choisis avant de les photographier. Elle en éprouve la lumière, l’atmosphère… Imprégnation plus que repérage, elle instille une intimité au coeur de l’anonymat. Au fil de ses déplacements à pied – elle marche beaucoup - elle saisit des vies dans le mystère de leur existence quotidienne. Un regard, une expression, un objet abandonné, des contrastes, des ombres portées, des bâtiments plus ou moins abandonnés, plus ou moins graffités, des êtres en mouvements ou occupés à une pensée intérieure… les photographies de la série font voyager le spectateur dans un Japon violemment réel et pourtant insaisissable.

 

Infos pratiques

Du 10/09/2022 au 31/12/2022

Infos dates / horaires supplémentaires

Du 10 septembre au 31 décembre.

Du mercredi au samedi, de 14h à 19h, et sur rdv en dehors de ces horaires.

Equipement

Le Réverbère

Adresse
38, rue Burdeau

Code postal
69001
Ville
Lyon

Tarif / Infos pratiques supplémentaires

Dans le cadre de

Biennale d'art contemporain

16e Biennale de Lyon - Art contemporain
Du 14 sept. au 31 déc. 2022, Lyon

Manifesto of fragility – La 16e édition de la Biennale d’art contemporain de Lyon est un temps fort de l’actualité artistique internationale.

Bloc recherche - Agenda

Choix des dates
Filtres avancés