Cycles de conférences au CHRD

Accroche Date / Lieu
Du 9 nov. au 23 janvier, Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation
Visuel principal
Cycles de conférences au CHRD
Thématique principale
Conférence
Accroche détaillée

Chaque saison, le Centre d’Histoire de la Résistance et de la Déportation organise plusieurs cycles de conférences, en lien avec son actualité, ses expositions temporaires, ses collections ou événements.

Contenu
Contenu

Dans le cadre de l’exposition "La chute des murs"

Géopolitique des murs aujourd'hui
Jeudi 9 novembre à 18h30

Avec la chute du mur de Berlin le 9 novembre 1989, l’humanité pouvait espérer que la construction de murs entre les pays allait disparaître. Mais il n’en est rien : de nombreux murs subsistent et séparent encore les peuples, tandis que de nouveaux, en acier ou en béton, sont érigés dans différents endroits de la planète.
Ils sont le signe tangible de la permanence de tensions à l’actualité souvent brûlante et de conflits inextricables gelés par l’histoire. Dans un monde qui se veut ouvert, ils apparaissent comme un paradoxe.

Par Alexandra Novosseloff, directeur en sciences politiques, chercheure associée au Centre Thucydide de l’Université Paris 2 Panthéon-Assas et Chargée de mission au ministère de la défense.

La chute du mur de Berlin, 30 ans après
Jeudi 19 décembre à 18h30

Mise en perspective géopolitique de la vie, de la mort et de l’héritage du mur. Les murs entre les hommes sont faits pour être détruits.
Celui de Berlin, qui exprimait le refus de toute liberté migratoire dans les pays communistes, n’a pas dérogé à la règle. Mais, 30 ans après sa chute, il laisse dans l’histoire architecturale, économique, comportementale, des traces encore visibles et son héritage géopolitique n’a pas fini d’exercer des effets sur le développement de la ville et plus largement au sein de l’Union européenne.

Par Gérard François Dumont, Géographe, professeur à l’Université Paris IV-Sorbonne (Paris 4) et Président l’association Population & Avenir et directeur de la revue éponyme.

 

Cycle : Les grandes figures de la vie lyonnaise durant la Seconde Guerre Mondiale

Yves Farge (1899-1953) - Du Progrès à la tête de Rhône-Alpes libéré
Mercredi 27 novembre à 18h30

Injustement oublié, Yves Farge est l’un des plus grands résistants. Généreux, romanesque et apprécié de tous, il voit défiler tous les chefs de l’armée des ombres dans son bureau du Progrès. Il est l’un des fondateurs du maquis du Vercors, alimente la presse clandestine et reçoit pour mission de saboter le STO au plan national. Commissaire de la République en Rhône-Alpes (juin 1944-sept.1945), il paye de sa personne lors de la lutte libératrice, puis pour restaurer l’autorité de l’État et lutter contre l’épuration sauvage ou le marché noir. Peintre bohême, il est aussi écrivain, journaliste, ministre du Ravitaillement, militant anticolonialiste et pacifiste, compagnon de route du Parti communiste et… prix Staline pour la paix. Un homme à redécouvrir 75 ans après la libération de Lyon.

Par Raphaël Spina, docteur en Histoire et professeur à l’IUT à Aix-Marseille Université

Le Cardinal Gerlier
Jeudi 16 janvier à 18h30

Le 19 novembre 1940, le cardinal Gerlier reçoit le maréchal Pétain à la primatiale Saint-Jean. Il déclare publiquement : « Pétain, c’est la France et aujourd'hui la France, c’est Pétain ».
Le 6 septembre 1942, dans toutes les églises du diocèse de Lyon, au nom des droits imprescriptibles de la personne humaine, s’élève une protestation solennelle de l’archevêque de Lyon en réponse aux rafles et aux déportations subies par les juifs. Comment expliquer ces prises de position qui peuvent paraître contradictoires ? La conférence aura pour objectif de présenter le parcours singulier du cardinal Gerlier pendant les "années noires".

Par Olivier Georges, agrégé et docteur en Histoire, IA-IPR EVS à l’académie de Lyon

 

Cycle : Les hauts responsables du IIIe Reich

Père et meurtrier. Heinrich Himmler à la lumière de sa correspondance privée
Jeudi 12 décembre à 18h30

Il fut l’un des plus hauts responsables nazis et l’un des plus grands criminels de l’Histoire. Non sans raison, l’un de ses biographes l’a présenté comme "l’architecte du génocide". La correspondance avec sa femme, récemment publiée, nous rappelle que, derrière le Heinrich Himmler dont les historiens établissent les crimes, il y avait également un homme privé, un mari, un père. C’est le cas de tous les bourreaux, dans l’Allemagne nazie ou ailleurs. D'un côté, on tue, y compris des femmes et des enfants ; de l’autre, on ne cesse d’aimer sa famille. C’est ce paradoxe apparent que la conférence propose d’explorer en croisant les deux répertoires : celui de l’intime et celui de la pratique génocidaire.

Par Florent Brayard, historien spécialiste du négationnisme de la Shoah, directeur de recherche au CNRS (CRH-EHESS)

Joseph Goebbels, une propagande sans limite ?
Jeudi 23 janvier à 18h30

Ministre de la propagande de 1933 à 1945, Joseph Goebbels occupe une place particulière dans l’histoire et l’historiographie du régime nazi. Présenté comme l’un des hommes les plus influents du IIIe Reich, il est dépeint en Machiavel de la propagande, responsable de l’envoûtement des Allemands et ayant permis au régime de s’installer et de perdurer. S’appuyant sur l’analyse du journal intime du ministre de la propagande, cette conférence propose de prendre la mesure du pouvoir de Joseph Goebbels au sein du régime nazi pour en révéler les limites.

Par Nicolas Patin, maître de conférences en Histoire contemporaine à l’université Bordeaux-Montaigne

Infos pratiques

Les 09/11/2019, 27/11/2019, 12/12/2019, 19/12/2019, 16/01/2020 et 23/01/2020

Equipement

Centre d'Histoire de la Résistance et de la Déportation

Adresse
14 avenue Berthelot

Code postal
69007
Ville
Lyon

Tarif / Infos pratiques supplémentaires

3 euros

Bloc recherche - Agenda

Choix des dates
Filtres avancés