L'atlas de la biodiversité lyonnaise

Visuel détail
Cétoine doré et lierre - Atlas de la biodiversité
Lyon durable
Accroche détaillée

Avec quelques 30 000 observations de faune et de flore observées sur le territoire communal, l’Atlas de biodiversité lyonnaise est un Système d’Information Géographique dont s’est doté la Ville de Lyon pour améliorer la prise en compte de la biodiversité dans ces pratiques de conception et de gestion écologiques.

Contenu
Contenu

Ainsi ce sont 2 900 espèces qui ont été observées durant ces 30 dernières années ! De la très commune Daucus carotta (la carotte sauvage évidemment !) au rare Pic noir; de la menacée Pie grièche à la très envahissante Reynouteria japonica (renouée); de l’emblématique Ecureuil roux à la plus banale, mais non moins intéressante, Piéride de la rave…

10 documents téléchargeables (voir ci-contre) présentent sous forme de cartographies thématiques ce que la ville de Lyon révèle comme nature sauvage et spontanée sur ses espaces publics : plantes à fleurs, oiseaux, insectes, amphibiens, mammifères, …

  • Un atlas global pour l'ensemble du territoire lyonnais, propose un aperçu des espèces et des sites les plus intéressants sur l’ensemble du territoire, mais aussi les zones les moins prospectées.
  • Un atlas pour chaque arrondissement fait l’objet d’un document spécifique présentant les espèces les plus fréquemment rencontrées, les plus protégées ou encore les espaces réservoirs de biodiversité potentiels.

Un outil évolutif et participatif au plus près de la biodiversité locale

Cet atlas est le fruit d’un travail multi-partenarial de plusieurs années, avec près de 23 structures observatrices : des associations naturalistes locales (Arthropologia, Des Espèces Parmi Lyon, France Nature Environnement, Ligue de Protection des Oiseaux, Société Française d’Orchidophilie de Rhône-Alpes, …), les universités lyonnaises, les bureaux d’études mais aussi les services techniques des espaces verts, de l’écologie urbaine et des cimetières.

Il s’agit donc d’un état des lieux de la nature sur les espaces publics, qui continue d’être étoffé annuellement au travers de campagnes d’inventaires complémentaires. Ainsi de nombreux naturalistes amateurs et professionnels scrutent cette nature dans la ville dont chacun peut être observateur au travers les protocoles de sciences participatives.
En savoir plus sur vigie-nature.fr

Sans être exhaustif, cette connaissance permet de toujours mieux prendre en considération le vivant existant et de le favoriser en adaptant toujours mieux les pratiques de conception et de gestion écologiques des espaces urbains. La prise en compte de la biodiversité peut ainsi être facilitée lors de la mise en place de nouvelles politiques d’aménagement et de gestion de l’espace public, notamment en sensibilisant et rassemblant les citoyens et les nombreux acteurs qui fabriquent la ville autour de cette thématique.