Thématique principale
Solidarité
- Publié le 10 juin 2021

Lyon déclarée zone de liberté pour les personnes LGBTQI+

Visuel principal
Vignette

A l'occasion de la Marche des fiertés, la Ville de Lyon réaffirme sa détermination à lutter contre les violences et discriminations LGBTphobe.

Contenu
Contenu

À l’initiative de plusieurs parlementaires européens, le Parlement européen a adopté, jeudi 11 mars, une résolution proclamant l'Union européenne "zone de liberté" pour les personnes LGBTQI+, en réaction aux "zones sans idéologie LGBT" décidées par une centaine de collectivités locales polonaises.

La nouvelle mesure LGBTQI+ Freedom Zone déclare :

Les personnes LGBTQI partout dans l'UE devraient jouir de la liberté de vivre et de montrer publiquement leur orientation sexuelle et leur identité de genre sans crainte d'intolérance, de discrimination ou de persécution.

Cet acte symbolique est un message simple et fort.

C'est pourquoi, lors du Conseil municipal du 27 mai, la Ville de Lyon a été déclarée  « zone de liberté pour les personnes LGBTQI+» dénonçant par là-même toutes les formes de violence et de discrimination contre les personnes fondées sur le sexe, l’orientation sexuelle ou l’identité de genre.


Un plan de lutte contre les violences LGBTphobes

De plus la Ville de Lyon est signataire d'un plan de lutte contre les violences LGBTphobes avec la Métropole de Lyon, Villeurbanne, Le Préfecture de Région, le Ministère de la Justice, le Ministère de l’Education nationale, La DILCRAH, le Centre LGBTI+ Lyon, FLAG, Le Forum Gay et Lesbien de Lyon, SOS Homophobie.

Les signataires rappellent que :

En République, chaque citoyen doit être respecté quelle que soit son orientation sexuelle ou son identité de genre, parce que les droits humains ne se divisent pas, qu’ils ne se hiérarchisent pas et doivent tous être effectivement appliqués.

Soucieux de l’effectivité de la prohibition prévue par la Loi, de toute discrimination entre les personnes, notamment à raison « de leurs moeurs, de leur orientation sexuelle, de leur identité de genre », ils souhaitent ainsi travailler de concert afin de renforcer le pilotage local des actions ciblant les violences et discriminations LGBTphobes à l’échelle de la métropole de Lyon. Un plan d’actions visant à réduire significativement ces violences morales et physiques a été établi à cet effet et annexé à la convention. Ce plan d’actions articule des politiques de prévention, d’accompagnement et de répression des agressions.


Un meilleur accompagnement des victimes

Les signataires sont également soucieux d'un meilleur accompagnement des victimes  afin qu’elles se sachent soutenues par les institutions et n’hésitent jamais à déposer plainte.

Le réseau des référents d’aide aux victimes et de correspondants de la Direction départementale de la sécurité publique et du Groupement de gendarmerie départemental du Rhône, en lien étroit avec le Parquet, les associations LGBTQIA+, les correspondants de l’Éducation nationale et des services de santé seront mobilisés pour encourager le dépôt de plaintes et rendre visibles ces violences qui demeurent un phénomène encore trop mal répertorié.

Colonne de droite 1

 

 

 

LGBTQI+

Utilisé depuis les années 90, le sigle LGBT inclut lesbiennes, gays, bisexuel·les et trans. Il a ensuite évolué pour y joindre les personnes Queer (ne se reconnaissant pas dans les identités hétérosexuelles ou assignée à la naissance) et les personnes intersexes (dont les caractères sexuels ne correspondent pas aux définitions binaires types des corps masculins ou féminins). A cela on ajoute le signe + pour inclure les nombreuses autres variations de genre (il en existe plus de 50). 

Bloc recherche - Actualités