Thématique principale
Solidarité
- Publié le 11 janvier 2023

Le Panier des gones : une aide pour passer un cap difficile

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Muriel Chaulet

En 2022, quelque 530 personnes ont pu faire leurs courses d’alimentation à moindre coût au Panier des gones, épicerie sociale et solidaire gérée par le Centre communal d’action sociale de la Ville de Lyon. 

Contenu
Contenu

Samir vient de pousser la porte de l’épicerie. Sac de courses en main, il passe les rayons en revue. Devant les prix pratiqués, il va de surprise en surprise. « Des pâtes italiennes à 55 centimes, le paquet de sucre à 10 centimes ! Ça fait plaisir ! J’ai regardé dans tous les magasins, je peux dire que c’est pas cher ici. »

Vivant seul, alternant la garde de ses enfants une semaine sur deux avec son ex-compagne, il fait partie des 530 bénéficiaires en 2022 du Panier des gones. Ouverte depuis février 2022, cette épicerie sociale et solidaire est gérée par le Centre communal d’action sociale de la Ville de Lyon. Elle est l’un des trois piliers du Pôle alimentaire qui repose aussi sur le restaurant social la Tablée des gones, et le tiers-lieu alimentaire la Cuisine des gones.

« Un budget pour autre chose »

Toutes les personnes qui ont accès à ces tarifs très réduits sont adressées par les Maisons de la Métropole de Lyon. « C’est le travailleur social qui fixe, en fonction des revenus de la personne, un droit d’achat, c’est-à-dire une somme d’argent pour acheter des produits ici. Cela peut aller de 50 à 190€ par mois. Cela doit permettre aux bénéficiaires de ne pas dépenser tous leurs revenus dans l’alimentation pour pouvoir disposer d’un budget pour autre chose », explique Évelyne, coordinatrice de l'épicerie. Le dispositif est prévu sur trois mois renouvelables trois fois.

L’épicerie propose 700 références de produits d’alimentation, dont du vrac, et d’hygiène. Les produits sont achetés à la Banque alimentaire, à l’association Revivre, à l’enseigne Biocoop, au Groupement des épiceries sociales et solidaires de Rhône-Alpes, à P’tit gone, producteur d’œufs à Vaugneray. « En plus, trois jours par semaine, la boulangerie le Pain du gone, aux Halles Paul Bocuse, nous donne ses invendus. Nous les donnons à notre tour. Il arrive que Bonduelle nous donne des sachets de salade lorsqu’il y a du surplus. »

Des ateliers collectifs

Plusieurs fois par mois, le Panier des gones propose des ateliers collectifs. « Ces ateliers sont menés sur un mode convivial, ils créent du lien et de l’activité pour les personnes isolées, femmes seules avec enfants qui sont nos principaux bénéficiaires. L’alimentaire ça fait parler, ça se partage. » Recettes anti-gaspi pour faire de la chapelure avec du pain dur par exemple, petits-déjeuners partagés pour apprendre à se nourrir de façon équilibrée dès le matin, découverte des fruits et légumes de saison, tri des déchets, recyclage… sont autant de thèmes abordés. « Des bénéficiaires nous donnent aussi leurs trucs et astuces ! », précise Évelyne.

Bénévole, Catherine anime, elle, des ateliers couture. « Nous avons fait des petites pochettes avec d’anciens masques anti-Covid en tissu et des sacs à vrac. Une participante a fait l’acquisition d’une machine à coudre d’occasion et m’a demandé de l’aider à faire un ourlet. » Faire ou réparer soi-même permet aussi de faire des économies.

Colonne de droite 2

EN SAVOIR PLUS

Colonne de droite 3

Bloc recherche - Actualités