Thématique principale
Solidarité
- Publié le 4 novembre 2019

Conférence du Fonds mondial : réussite planétaire

Visuel principal
Vignette

Après le succès de la conférence du Fonds mondial de lutte contre les épidémies, Lyon apparaît de plus en plus comme une place forte de la santé à l’échelon planétaire, avant même l’installation de l’académie de l’OMS.

Contenu
Contenu

La solidarité internationale existe : c’est une des leçons à retenir de la Conférence de reconstitution des ressources du Fonds mondial de lutte contre le sida, le paludisme et la tuberculose, des 9 et 10 octobre.

Avec plus de 14 milliards de dollars US (12,7 Mds €) de promesses de financement pour 2020- 2022, les donateurs ont rempli les objectifs fixés en amont et dépassé le montant de la période précédente.

Surtout, ils ouvrent la voie au sauvetage de 16 millions de vies et à la prévention de 234 millions d’infections sur la même période ainsi qu’à la possible disparition de ces 3 épidémies d’ici à 2030. « Une promesse faite aux enfants de 7 ans », a rappelé le directeur du Fonds, Peter Sands, « qui n’auront pas à s’en charger lorsqu’ils seront adultes ».

Si le chemin est encore long, il s’est incontestablement passé “quelque chose” au centre de Congrès de Lyon, lorsque la plupart des États ont augmenté leur participation de 15 %, voire 20 % pour la France, 3e contributeur à 1,429 milliard d’€.

Sans oublier les privés, aux premiers rangs desquels la fondation Bill et Melinda Gates (760 millions $) ou les 150 millions de la fondation (RED) du chanteur Bono.
 

L'OMS se renforce à Lyon

Autre enseignement à retenir, le choix de Lyon pour accueillir les 700 représentants du monde entier n’était pas étranger à la présence d’un écosystème particulièrement riche en matière de sciences du vivant, que ce soit pour la recherche (Inserm, CNRS, laboratoire P4, ENS, Université Claude Bernard) ou la capacité industrielle (BioMérieux, Sanofi, Boehringer Ingelheim…).

L’étape suivante résidera dans l’implantation de la nouvelle académie de l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Cette école d’avant-garde va rassembler les meilleurs experts mondiaux de la santé, pour en faire une structure de formation de référence pour les membres de l’OMS et autres responsables des États, chercheurs, cadres de santé…

Grâce à des innovations technologiques de premier plan, 10 millions de personnes pourraient être formées par voie digitale d’ici à 2023 et 16 000 par an sur le site lyonnais.

Avec le bureau local de l’OMS et le Centre international de recherche contre le cancer, cette académie va renforcer la place de Lyon comme pôle de santé mondial.

Colonne de droite 1

 

 

1ER DÉCEMBRE : LA MOBILISATION CONTINUE

Si la Conférence du Fonds mondial a été un succès, Lyon se mobilise au long cours dans la lutte contre le sida. La Ville a ainsi profité de la présence du Fonds pour signer la Déclaration de Paris. Lancée sous l’égide des Nations Unies, elle veut mobiliser les villes du monde entier contre la maladie, sachant que 25 % des personnes séropositives vivent dans 200 villes.
 
Le 1er décembre, Journée internationale de lutte contre le sida, c’est au tour des associatifs lyonnais de sensibiliser à la lutte. On notera notamment la marche du Centre LGBTI+, de la place Bellecour aux Terreaux (départ à 19h30) et des actions de dépistage du 25 novembre au 8 décembre.

Bloc recherche - Actualités