Thématique principale
Quartiers
- Publié le 30 janvier 2020

Soudés pour réparer

Visuel principal
Vignette
Lyon durable

« Lutter, réparer, réutiliser » sont les maîtres-mots de l’Atelier soudé. Au sein de cette association de réparation collective, on propose de se mobiliser ensemble contre l’obsolescence programmée et pour la planète.

Contenu
Contenu

Quartier des Pentes de la Croix-Rousse

Savoir que l’ensemble des composants d’un smartphone peut parcourir 800 000 km avant d’arriver dans nos mains amène à se poser des questions sur notre responsabilité envers la planète. Clément et Baptiste n’ont pas eu besoin de s’interroger longtemps pour décider de fonder une association de réparation électronique collective. « C’est notre manière de lutter contre l’obsolescence programmée et pour la réduction des déchets », souligne Clément. C’était il y a quelques années.

Aujourd’hui, l’Atelier soudé compte 600 adhérents, propose 30 à 35 ateliers par mois, intervient dans les écoles, les MJC… Moyennant une modeste adhésion, tout un chacun peut venir avec son appareil électrique, électronique ou informatique défectueux pour le remettre en état lui-même, soit en accès libre les mardi et jeudi de 10h à 17h, soit lors d’un atelier. Toute la panoplie des outils nécessaires, et les conseils avisés d’une quinzaine d’animateurs sont fournis. Quasiment tout peut être remis sur les rails. Et quand il n’y a vraiment plus rien à faire, « on garde les pièces pour les réutiliser ailleurs ». Ou pour fabriquer des jolis bijoux confectionnés à base de composants électroniques vendus au local. Sur place on peut aussi acquérir des appareils multimédia et électroménagers d’occasion.

Humain

L’association est également présente dans des écoles. Les élèves doivent par exemple créer un objet du quotidien à partir d’une carte du monde pour repérer la provenance de toutes les ressources nécessaires, souvent rares, entrant dans la composition d’une machine. « Et puis nous leur expliquons que bien souvent des enfants de leur âge travaillent, que l’obsolescence programmée est donc un problème humain d’abord, puis un problème écologique. » Un problème qui concerne tout le monde.

Bloc recherche - Actualités