Thématique principale
Quartiers
- Publié le 5 juillet 2018

Défilé de la biennale : espoir dansé

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Laurent Cerino

« La tolérance est une vertu qui rend la paix possible. » Cette citation de Kofi Annan introduit la page du site internet que la Cie de danse Kadia Faraux dédie à son projet pour le défilé de la Biennale de la danse. Il est intitulé “Elikya, danser pour la Paix et pour la Liberté”.

Contenu
Contenu

Divers quartiers

« Elikya signifie espoir. Nous sommes partis des mouvements révolutionnaires, les gens qui descendent dans la rue pour, un moment donné, arriver à une forme de paix », décrit la chorégraphe Kadia Faraux.
Son défilé, elle l’a voulu ouvert et intergénérationnel. « Pour moi, il doit être l’occasion de rassembler des personnes qui ne viennent pas dans les structures. Ce qui est important ce sont les liens qu’on crée et en même temps de faire découvrir une discipline artistique. »

Energie festive

Dans son groupe, des chibanis de l’Olivier des sages K-fé social Philippe Jeantet, des membres du Centre social Bonnefoi, des enfants et des ados patients du Centre de rééducation des Massues, des ados de l’association Lalouma et du Centre social Grand’Côte, des enfants autistes et trisomiques de l’association Handicap éducation de Vaulx-en-Velin, des élèves du collège Henri Barbusse de Vaulx-en-Velin, l’association Circ’o bulle de Villeurbanne, des habitantes de Décines, Rillieux, Meyzieu, Saint-Genis-Laval… « Je m’adapte au rythme de ces publics différents, avec leurs fragilités et leurs contraintes. On s’intéresse à eux et on les valorise. »
La compagnie est axée sur le hip hop, ce qui n’a pas manqué d’inquiéter les participants. « Ils pensaient que je leur demanderai de tourner sur la tête. Même moi je ne le fais pas ! Non, je suis dans le fond, pas dans la forme. Et surtout, nous sommes dans la bienveillance, pour les habitants, pour les publics, dans le bonheur. »

Toutefois, Kadia Faraux tient à ce que la prestation soit chorégraphiée. Ce sera bien de la danse avec des codes hip hop, afro et krump (ndlr : mouvement dans la force et les contractions). « Nous avons travaillé la gestuelle en fonction du groupe. Chacun fait à son rythme pour rester positif, dans une énergie festive et surtout pour prendre du plaisir. »
Le 16 septembre donc, interdiction de les lou…, paix !

Plus d'infos

compagniekadiafraux.org

Toute l'actualité de vos quartiers dans la rubriques dédiée "La ville côté quartiers"

Bloc recherche - Actualités