Thématique principale
Loisirs
- Publié le 7 novembre 2019

Eternelles lumières !

Visuel principal
Vignette

On peut s'émerveiller des dernières technologies comme de la plus grande simplicité… C'est le tour de force que parvient à réaliser la programmation de la Fête des Lumières chaque année. Nouvelle démonstration du 5 au 8 décembre.

Contenu
Contenu

«Il faut que tout change pour que rien ne change»: et si cette célèbre réplique du Guépard de Visconti pouvait être envisagée comme une lecture de l'histoire lyonnaise de la lumière?

Intimement liée à la cité, la Fête des Lumières plonge en effet ses racines loin dans la tradition; jusqu'à ce 8 septembre 1852 où les inondations empêchèrent d'inaugurer la statue de Marie coiffant la basilique de Fourvière. Trois mois plus tard, le 8 décembre vit les intempéries menacer à nouveau l'événement et les Lyonnais allumèrent spontanément des bougies sur les rebords de leurs fenêtres.

Une tradition était née. Elle ne s'est jamais éteinte et a su sans cesse ranimer sa flamme, jusqu'à aujourd'hui. Tout d'abord, grâce aux concours de vitrines des commerçants dans les années 60. Elle allait ensuite inspirer le premier plan Lumière en 1989, puis le second en 2005, faisant de la ville une référence en matière d'éclairage nocturne urbain.

Enfin, quelques années plus tard, la Fête des Lumières brillait de ses premiers éclats, montant en puissance à Lyon et suscitant de nombreuses vocations au niveau mondial.


Poésie et modernité

Aujourd'hui, elle demeure «la» référence, l'inspiration, grâce à son parti pris fait d'émotion et de poésie, générées par le meilleur de la technologie.

L'édition 2019 le confirme et la Toute petite histoire de la lumière (de la Cie Spectaculaires) - qui investit une place des Terreaux de retour dans la programmation après un an d'éclipse liée aux travaux -, est plus que symbolique.

Le parc de la Tête d'Or reçoit, lui, l'une des plus illustres signatures du genre avec le Groupe F (Louvre Abu Dhabi, cérémonies aux J.O., au Pont du Gard…) et son alliage de vidéo, d'effets spéciaux et de pyrotechnie réunis pour un Regarde… qui vaut le coup d'œil!

La façade de la gare Saint-Paul s'abîme dans les rêves grâce aux Daydreams de FLSHKA, hypnotique mélange d'animations 2D et 3D…

Place des Jacobins, Ralf Lottig revient avec ses lasers, si appréciés l'an dernier dans la cour de l'Hôtel de Ville.

La place Bellecour se couvre d'une végétation et d'une faune fantastiques grâce à la collaboration inédite de 2 équipes, TILT et Porté par le vent.

Place Sathonay, Romain Tardy installe une drôle de ronde où défileront en direct les recherches les plus fréquentes effectuées sur Google en France. Ou comment l'intime s'affiche dans l'espace public au cœur d'une œuvre qui pousse loin l'interaction et l'inscription dans la modernité…

Dans un genre participatif plus classique, les spectateurs sont également invités à intervenir pour animer le bras mécanique de Trapped (place Gabriel-Rambaud), ou faire tourner les Fabuloscopes de La Camaraderie au palais de Bondy.

Vignette
Une toute petite histoire de la lumière par la Cie Les Spectaculaires


La Fête parle du temps présent

Autre marque de l'époque, celle-ci s'immisce jusque dans le travail des artistes sélectionnés pour la Fête des Lumières.

L'œuvre la plus emblématique est sans conteste Les Cueilleurs de nuages où Philippe Cotten et Enzo Izzi se sont inspirés de chercheurs bien réels occupés à capter l'eau des nuages pour lutter contre la sécheresse. Le résultat se déploie des 24 Colonnes au chevet de la cathédrale, du jardin du Rosaire à la basilique pour une illumination jamais vue de la colline de Fourvière.

À ses pieds, les Colosses de Vincent Loubert interrogent la puissance de la nature et la capacité de l'homme à lui résister. En partie immergés dans la Saône, les deux mannequins de 8 mètres de haut semblent retenir les piliers du pont Bonaparte d'une inondation potentielle (ils seront en prime visibles plusieurs jours avant le début de la Fête…).
 

Retour aux sources… Le 8 décembre.

Bien inscrite dans son temps, la Fête n'en oublie pas pour autant son origine, à savoir la lueur d'un lumignon qui vacille dans le vent d'hiver…

Cette lueur, cette simplicité, on la retrouve dans les Lucioles d'Érick Barray qui accompagnent les promeneurs sur les Berges du Rhône jusqu'au parc de la Tête d'Or…

Ou encore dans la cour des musées Gadagne à Saint-Jean où se déploie à 360° la plus simple des projections, des ombres chinoises...

Mais c'est bien à un véritable retour aux sources que sont conviés les Lyonnais le 8 décembre - et seulement le 8 - à l'occasion de Rivière de lumière. Entre les passerelles Saint-Vincent et Saint-Georges, ils sont appelés à se réunir sur les quais hauts de la Saône munis de leurs lumignons, de 18:30 à 19:30, pour assister à un féérique spectacle que l'on ne dévoilera pas ici… Avec le risque que les conditions météo perturbent le bon déroulement de la soirée.

Comme en 1852. Pour que tout continue...

Colonne de droite 1

 

 

4 jours

La Fête des Lumières se déroulera du 5 au 8 décembre aux horaires suivants : de 19h à 23h les jeudi 5 et dimanche 8, et de 20h à minuit les vendredi 6 et samedi 7.

la fête se vit aussi en ligne

Vignette

 

fetedeslumieres.lyon.fr : le site qui permet de préparer sa visite, de repérer les œuvres, les artistes, les infos utiles.

L'appli Fête des Lumières : sous Android et iOS, c'est l'outil essentiel pour vivre la Fête en direct. Sa cartographie vous guide dans la ville, d'installation en installation. 59 000 personnes l'ont téléchargée en 2018. La version 2019 est bientôt prête!

Les réseaux sociaux relaient les infos pratiques, parcours, actualités et donnent la possibilité d'interagir. Sur la page Facebook Fête des Lumières, posez vos questions génériques au chatbot (un robot capable de répondre) présent sur Messenger (et aussi sur le site fetedeslumieres.lyon.fr).

Via le #PrixVDL2019 partagez vos photos d'ambiance ou insolites de la Fête pour le concours de la Ville de Lyon. Un jury désignera le cliché le plus réussi.

Gélatine magique

Vignette

Elle fait aussi partie de la tradition de la Fête en lui procurant cette ambiance tamisée, intimiste.

La pose de la gélatine (un filtre plastique coloré) nécessite le travail de 15 agents de la Direction de l'éclairage urbain pendant 10 jours pour couvrir 1 361 points lumineux avec 678 m² de produit.

Deux couleurs sont déployées: rouge sur les cheminements, bleu autour des installations.

1,8

C'est en million le nombre de spectateurs de l'édition 2018

60

oeuvres programmées en 2019

50%

de financement de la Fête des Lumières par 80 partenaires

Bloc recherche - Actualités

Sur le même sujet

Visuel paysage (large)
Vignette
Réchauffer les coeurs...

Cette année, les Lumignons du cœur vont soutenir l'association APF France Handicap.

Ils sont en vente (2 € reversés à l'association) dans les chalets d'information et pendant la Fête, place de la République.

C'est là qu'ils se réfléchiront sur l'eau du bassin au milieu d'une impressionnante reconstitution des façades des quais de Saône et du Rhône, le tout grâce aux soins portés par des bénévoles occupés à les disposer et à entretenir la flamme…

Fréquentation équilibrée

Les chiffres collectés lors de l'édition 2018 montrent que l'attractivité de la Fête ne se dément pas auprès des touristes avec 260 000 nuitées enregistrées pendant les 4 jours et la présence de quelque 100 000 spectateurs étrangers (avec un Top 5 composé d'Italiens, de Suisses, d'Espagnols, d'Allemands et de Britanniques).

Néanmoins, la fréquentation demeure équilibrée puisque 51 % du 1,8 million de visiteurs étaient des résidents du Rhône.

Visuel paysage (large)
Vignette
La «colline des expés»
Que ce soit sur la façade du collège Jean Moulin pour les projections (développées avec le soutien des Gobelins) ou dans le jardin André Malraux et l'esplanade Saint-Pothin pour les installations, la «colline des expés» à Fourvière demeure un tremplin pour les talents en devenir.
Périmètre sécurisé

Depuis 2016, la Fête se déroule en Presqu'île, entre Bellecour et le bas des Pentes, et dans le Vieux-Lyon, dans un périmètre aux accès sécurisés, dotés de dispositifs anti-intrusion.

Comme l'an dernier, le parc de la Tête d'Or fait également partie de la programmation. On peut le rejoindre à pied depuis la place Louis-Pradel en suivant un parcours lumineux et poétique le long des Berges du Rhône.