Thématique principale
International
- Publié le 9 Mai 2022

Rencontre avec Almir Narayamoga Suruí, chef du peuple Paiter Surui

Visuel principal
Vignette

Almir Narayamoga Suruí, chef du peuple Paiter Surui, territoire autochtone situé dans l’état du Rondônia au nord-ouest du Brésil, sera reçu le 14 mai à partir de 14h à l'Hôtel de Ville de Lyon. La rencontre est ouverte au public, sur inscription.

Contenu
Contenu

Almir Narayamoga Surui est le chef du peuple Paiter Surui, territoire autochtone situé dans l’état du Rondônia au nord-ouest du Brésil. De passage en France du 13 au 15 mai, il sera reçu le 14 mai à partir de 14h à l'Hôtel de Ville, par Audrey Henocque, première Adjointe au Maire de Lyon, déléguée aux Finances, à la Commande Publique et aux Grands Evènements.

Son combat

Né en 1974, soit cinq ans après le premier contact de son peuple avec la civilisation occidentale, il est le premier membre de sa communauté à avoir étudié à l’université. Il s’oppose à l’exploitation forestière, minière et à l’élevage intensif. En 2000, il lance un grand plan de reforestation et de protection du territoire Surui. Près d’un demi-million d’arbres seront plantés en 20 ans. Son combat en faveur d’une gestion durable des ressources de la forêt tropicale a fait de lui un interlocuteur incontournable pour le gouvernement brésilien.

Prix des Droits de l'Homme

En 2007, il sollicite Google Earth pour faire cartographier précisément la terre Surui. En 2008,  Almir Surui reçoit le Prix des Droits de l’Homme à Genève, il est classé parmi les cent personnalités les plus importantes du Brésil. Ses actions activistes et ses combats politiques ne font pas l’unanimité, il subit de nombreuses menaces notamment de la part de mineurs illégaux. De 2012 à 2014, il doit vivre sous la protection des forces spéciales de la police fédérale. Avec le Cacique Matuktire Raoni, il porte plainte en 2021 à la Cour pénale internationale contre le président brésilien Jair Bolsonaro, accusé de persécuter les peuples autochtones en détruisant leur habitat et en bafouant leurs droits fondamentaux. Sa fille, Txai Surui, étudiante en droit âgé de 24 ans le rejoint dans son combat. Elle prononce un discours vibrant à la tribune de l’ONU dans le cadre de la Cop26 à Glasgow en novembre 2021.

Ouvert au public, sur inscription ici.

En savoir plus sur l'association Aquaverde

Colonne de droite 1

ASSOCIATION AQUAVERDE

La traduction sera assurée par Thomas Pizer, président-fondateur de l’association Aquaverde. Ancien délégué du Comité International de la Croix-Rouge, il a passé plus de quinze ans à mener des actions humanitaires dans des pays en guerre à travers le monde. Il s’est mis au service des peuples autochtones d’Amazonie, et est aujourd’hui reconnu par ceux-ci au Brésil comme « passeur » inter-culturel.
 
L’association Aquaverde est une association à but non-lucratif fondée en 2002 dont le siège est à Genève.

Elle a pour but de promouvoir et de soutenir toute initiative visant à apporter une dimension nouvelle de l’interaction entre l’homme et l’environnement dans la perspective du développement durable et de la dignité des peuples, pour la sauvegarde de la vie humaine sur la planète.

L’association investit ses efforts en priorité à la sauvegarde de la forêt amazonienne, ce trésor de biodiversité demeurant l’une des pièces maîtresses de la régulation climatique planétaire et constituant avec son fleuve l’Amazone, ses centaines d’affluents et ses sources, le quart des réserves d’eau douce potable de la planète.

Bloc recherche - Actualités