Thématique principale
Gastronomie
- Publié le 6 septembre 2018

Au menu de la Cité de la gastronomie

Visuel principal
Vignette

3 expositions permanentes, 2 expos temporaires et 3 chefs en résidence chaque année : les ingrédients de la Cité internationale de la gastronomie se dévoilent peu à peu. Le point à moins d’un an de son ouverture.

Contenu
Contenu

Le couvercle se lève sur les ingrédients de la Cité internationale de la gastronomie (CIG), dont l’ouverture est prévue en juillet 2019.

Le principe de l’exposition permanente initiale était déjà connu : un parcours retraçant l’histoire de la gastronomie, qu’elle soit lyonnaise, française ou mondiale, avec pour fil rouge le lien entre nutrition et santé, hommage au passé hospitalier du Grand Hôtel-Dieu, où la CIG prendra place.

Les équipes du musée des Confluences ainsi que l’agence londonienne Casson man (intervenante à la Cité du vin à Bordeaux) travaillent déjà à ce parcours où les mères lyonnaises, le menu gastronomique français inscrit sur la liste du patrimoine immatériel de l’Unesco, auront toute leur place.


Ambition élevée

Elle sera accompagnée par deux autres expos permanentes, un atlas de la gastronomie et une gastro ludothèque pour les enfants, portées par le délégataire des lieux, Magma Cultura. Une société reconnue pour son expertise dans la gestion de sites culturels (elle travaille pour les musées Picasso à Paris et à Barcelone, pour le château de Fontainebleau…), dont l’offre propose également de savoureux à-côtés.

De plus, deux expos temporaires de 6 mois prendront place chaque année sous le dôme des Quatre-rangs, alors que 3 chefs se succèderont en résidence.

Une offre résolument à destination du grand public, avec une ouverture 7j/7, et une alternance entre programmes culturels, de loisirs, ateliers des chefs… Le tout avec une ambition de fréquentation élevée de 300 000 visiteurs/an dans les 3 930 m2 que comptera la CIG.

Bien entendu, la Cité ne sera pas “hors-sol”. Elle travaillera avec les - nombreux - acteurs locaux qui font de Lyon une marmite bouillonnante d’initiatives. Et c’est sans compter que le Grand Hôtel-Dieu dans son ensemble devient un lieu de rendez-vous pour les gourmands. En plus des enseignes de restauration présentes depuis l’ouverture, le Grand Réfectoire, d’une capacité de 200 couverts à l’intérieur et 140 en extérieur, devrait ouvrir en fin d’année dans l’ancien réfectoire du site, sous la houlette du chef étoilé Marcel Ravin. À l’étage, un bar à cocktails, L’Officine, offrira une terrasse avec vue imprenable sur le Grand dôme. De quoi éveiller toutes les papilles…

Bloc recherche - Actualités