Thématique principale
Culture
- Publié le 23 février 2021

Straight, un souffle puissant

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Joran Juvin

Ces dernières semaines, le Nouveau Théâtre du 8è a présenté aux professionnels, STRAIGHT, une création de la compagnie Les Trois-Huit. Entre fiction et théâtre documentaire, la pièce revient sur la culture du viol dit « correctif » qui vise les lesbiennes en Afrique du Sud. La metteuse en scène Sylvie Mongin-Algan donne un souffle puissant à STRAIGHT, que le public pourra découvrir au Nouveau Théâtre du 8è entre le 28 novembre et le 11 décembre 2021.

Contenu
Contenu

Pourquoi et comment avez-vous décidé de mettre en scène ce texte de Guillaume Poix, qui a reçu plusieurs prix entre 2014 et 2016 ?
Depuis près de 10 ans, mon travail de metteuse en scène fait surtout écho aux luttes des femmes à travers le monde. STRAIGHT me permet de poursuivre cette route. J'ai été frappée par la force de ce texte, à la fois très politique et poétique, et il m'a paru urgent qu'il soit enfin créé en France !

La pièce se passe dans une Afrique du Sud contemporaine et retrace le parcours de lesbiennes, militantes pour la cause LGBT, qui sont victimes de viol dits « correctif » par les agresseurs. De quoi s’agit-il ?
L'Afrique du Sud a déclaré légal le mariage pour tous et pour toutes dès 2006. Mais cette légalisation a suscité une grande violence contre les femmes homosexuelles. Se sont multipliés des viols dits "correctifs", c'est à dire des viols qui se donnaient pour mission de "corriger" ces femmes; de les remettre dans le « droit chemin » : straight et de leur rappeler que le corps de la femme appartient à l'homme. Ces viols se terminaient le plus souvent par la mort de la victime.

La mise en scène repose sur des allers-retours entre des archives télévisuelles, de l’élection de Nelson Mandela en 1994 à la coupe du monde de football en Afrique du Sud en 2010, le parcours de femmes, lesbiennes et militantes et le procès du meurtre d’Eudy Simelane, ancienne joueuse de l’équipe nationale de football féminin. Quelle part de fiction y a-t-il dans cette pièce ?
La pièce part de faits réels survenus dans un contexte politique réel. Elle met en scène plusieurs personnages qui ont été victimes de viols « correctifs » et qui sont devenues le symbole des luttes pour la cause LGBT . En revanche, l'auteur a choisi de mettre en scène le procès fictif d'un de ces viols, qui devient ainsi le procès de tous les viols "correctifs", par lequel justice est rendue non pas à une mais à toutes les victimes. Je crois que c'est le tissage de l'histoire et des faits réels, avec la fiction et le lyrisme, qui donne à STRAIGHT sa force et sa dimension universelle.

La pièce a été jouée au Mexique, premier pays d’Amérique Latine a avoir reconnu le terme « féminicide » et pourtant l’un des pays les plus touché par ce fléau, avec 10 féminicides par jour. Comment a-t-elle été reçue ?
À Mexico, la création de STRAIGHT, mis en scène par Mariana Gandara, a été un immense événement théâtral. La pièce y est jouée régulièrement, et elle rencontre toujours le même succès, la même ferveur. Après chaque représentation, les comédien.ne.s reçoivent des témoignages de spectateurs et spectatrices bouleversé.e.s par le spectacle, qui fait écho bien sûr aux violences subies, mais aussi à l'immense vague de luttes féministes qui se propage dans toute l'Amérique latine.

Quel impact a eu la pandémie de Covid 19 sur cette création ?
Il y a plein de traces de ce que nous vivons, nous avons travaillé à partir des contraintes qui nous sont imposées, des empêchements que nous subissons. Par exemple, nous avons choisi de respecter scrupuleusement la règle de distanciation physique entre les artistes. Cette impossibilité de tout contact a été un levier fort pour élargir le jeu, pour donner de l'ampleur et transposer les gestes et les sentiments amoureux, pour éprouver le poids de l'interdit. Nous avons aussi choisi d'utiliser les masques, ces véritables bâillons qu'il faut ôter pour prendre la parole.
Cette première étape de création au temps du Covid a aussi été, paradoxalement, l'occasion d'un vrai grand voyage à l'autre bout du monde, pour une équipe de jeunes artistes exigeants et engagés. Maintenant, nous laissons dormir le spectacle, et nous nous réjouissons de pouvoir le réinventer bientôt, avec le public.

Quand le public pourra-t-il découvrir Straight ?
Le public pourra découvrir STRAIGHT au Nouveau Théâtre du 8è entre le 28 novembre et le 11 décembre 2021. Ces représentations donneront lieu à des rencontres et des discussions avec des associations, des sportives et des artistes impliqué.e.s dans les luttes LGBTQIA+, en France et en Afrique du Sud.

Bloc recherche - Actualités