Thématique principale
Culture
- Publié le 11 décembre 2020

Podcast du CHRD sur les femmes résistantes : "Une heure avec ..."

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Gisèle Frund

En faisant dialoguer histoire et littérature, la comédienne et conférencière gesticulante, Anne Monteil-Bauer met en valeur le rôle des femmes dans la Résistance. Initialement conçu comme des conférences au Centre de l'Histoire de la Résistance et de la Déportation, ces cinq rendez-vous en podcast permettent de découvrir des femmes remarquables, élargir l’horizon de nos imaginaires et éclairer le présent.

Contenu
Contenu

En compagnie d’autrices, parfois très connues, mais le plus souvent pas assez, le podcast Si si, les femmes existent  vous propose de découvrir différents aspects de la Résistance (presse clandestine, réseaux et mouvements, services secrets, internement et déportation).

Une heure avec... Micheline Maurel, "Ravensbrück, numéro 22 410"
Micheline Maurel (1916-2009), écrivaine et traductrice, prépare l’agrégation de Lettres à Lyon quand  la guerre éclate. Elle entre dans la Résistance dès l'été 1940. Arrêtée par la Gestapo le 19 juin 1943, elle est déportée le 29 août à Ravensbrück. Elle a sauvé des poèmes écrits durant sa déportation et publie un récit de captivité sans concession d’une grande puissance littéraire. Avec Micheline Maurel, nous entamons la première étape d’un terrible voyage, sublimé dans la poésie, qui nous mène sur les traces des résistantes déportées.

A écouter en suivant ce lien, à partir du jeudi 11 mars à 18h30 

--

Une heure avec... Nancy Wake et Jeanne Bohec, "La guerre est aussi une affaire de femmes"
Nancy Wake (1912-2011) australienne excentrique, amoureuse de la France, aventurière d’un courage et d’une audace extraordinaire et Jeanne Bohec (1919-2010), jeune chimiste bretonne s’engagent dès les premières heures de la Résistance et vont rejoindre l’une les services secrets anglais (SOE), l’autre les services secrets de la France Libre (BCRA). Ni l’une, ni l’autre ne sont écrivaines, mais chacune a laissé un récit passionnant de son expérience et avec elles, nous voyons à quel point la guerre est aussi une affaire de femmes. 

A réécouter en suivant ce lien

--

Une heure... avec Edith Thomas, « Crier la vérité »
Edith Thomas (1909-1970), romancière, archiviste et journaliste, obtient le prix du premier roman en 1933. Anti-colonialiste, anti-fasciste, féministe, autrice de plusieurs reportages politiques, elle va devenir la cheville ouvrière du Comité National des écrivains et participer à plusieurs éditions clandestines durant la Résistance. Exigeante et entière, ses choix l’ont souvent mise à l’index, il est temps de la (re)découvrir.
Textes extraits de : Les Contes d’Auxois et Pages de journal 1939-1944

A réécouter en suivant ce lien 

--

Une heure avec Elsa Triolet, « Ecrire était ma liberté, mon défi, mon luxe»
Elsa Triolet (1896-1970) est la première femme à obtenir le Prix Goncourt en 1945 pour Le premier accroc coûte 200 francs, recueil de nouvelles écrit dans la clandestinité, retraçant le quotidien de l’Occupation et de la Résistance, mais aussi celui d’une artiste engagée qui ne peut pas ne pas écrire. Mais son parcours, intimement lié à celui de la vie de la presse clandestine, est aussi celui d’une intellectuelle qui se heurte à la difficulté d’exister à côté d’un « grand homme ».  

Textes extraits de : "Le premier accroc coûte 200 francs", "Lettre à Lili Brick" et "Les Lettres françaises" 

A réécouter en suivant ce lien

--

En partenariat avec l’association Si si, les femmes existent 

Bloc recherche - Actualités