Thématique principale
Culture
- Publié le 24 novembre 2020

The Music Man, dernier projet participatif de Jean Lacornerie au Théâtre de la Croix-Rousse

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Muriel Chaulet

The Music Man, le dernier projet participatif de Jean Lacornerie au Théâtre de la Croix-Rousse devait se jouer en décembre. Avec 150 personnes au plateau entre amateurs et professionnels, le projet a été adapté au contexte sanitaire et sera présenté au public en février 2021.

Contenu
Contenu

Au Théâtre de la Croix-Rousse, les professionnels de l'Ensemble instrumental et de la Maîtrise de l’Opéra de Lyon répètent jusqu’au 27 novembre. Les amateurs, eux, ont commencé à travailler à la fin de l'été et reprendront les répétitions à la fin du mois de janvier 2021. Tous les deux ans depuis 2012, le Théâtre de la Croix Rousse s’engage dans une action participative qui mobilise toutes ses forces et toutes ses équipes pour accueillir des amateurs et des professionnels, dans une création collective qui s’appuie sur plusieurs mois d’ateliers. Ces projets participatifs, comme l'adaptation de comédies musicales ou le croisement des esthétiques, font partie de l'orientation donnée par Jean Lacornerie, arrivé à la direction du Théâtre de la Croix Rousse en 2010 et qui quitte son poste fin décembre. 

« Besoin vital »
En 2020, pour son dernier spectacle au Théâtre, Jean Lacornerie avait souhaité s’emparer de The Music Man, une comédie musicale culte de Meredith Willson, montée à Broadway en 1957. La création, qui devait se tenir en décembre est finalement programmée sur la scène du théâtre les 13 et 14 février 2021.

The Music Man raconte l’histoire d’un escroc, Harold Hild, qui parcourt les petites villes des Etats-Unis pour vendre un nouveau concept de « système de pensée », qui permettrait de jouer de la musique sans apprendre. Il persuade les élus de fonder une fanfare, d’acheter auprès de lui les instruments et les uniformes, puis disparaît une fois le chèque encaissé. Lors d’une de ses escales, à River City, il tombe amoureux et ne peux plus fuir. Alors qu’il est démasqué, son amoureuse plaide sa cause : avec ce projet de fanfare, il a réveillé l’espoir dans la ville. Ce rêve ne vaudrait-il pas qu’on l’acquitte ?

« Cette fable illustre notre besoin vital de faire de la musique et l’urgence de construire des projets ensemble » explique Jean Lacornerie. Cette création, ambitieuse, rassemble sur scène 150 participants et croise les disciplines : slam, danse, chant, fanfare, musique dans un mélange qui fait la marque de fabrique du Théâtre de la Croix Rousse. « Je ne pensais pas que ce sujet aurait une résonance si différente avec la crise sanitaire que nous vivons » reprend Jean Lacornerie. « Le désert culturel que représente River City n’est plus la métaphore de l’inégalité de l’accès à l’art et à sa pratique, c’est le désert universel que tous les artistes du spectacle vivant doivent traverser aujourd’hui ».

« Défi »
Sur le plateau du Théâtre de la Croix Rousse, fermé au public, les équipes travaillent pour adapter le spectacle au protocole sanitaire en imaginant comment les groupes vont pouvoir se croiser sur le plateau dans le respect de la distanciation et des gestes barrières. « Nous aménageons des loges supplémentaires, nous construisons des parcours dans le théâtre pour que l’échange puisse avoir lieu sans confrontation physique directe. Cela tient du plan de campagne et du défi, mais nous tenons bon » ajoute Jean Lacornerie.

« Puisque nous sommes autorisés à répéter avec les professionnels pendant ce deuxième confinement, nous préparons aujourd’hui pour que la rencontre avec les amateurs se fasse au mieux en février». Pour monter le spectacle, chaque groupe amateur est encadré par des professionnels au cours de stages. Certains sont éloignés de la pratique artistique, parfois c’est même la première fois qu’ils entrent dans un théâtre. Les autres font l’expérience d’un spectacle dans des conditions professionnelles. Les participants aux stages sont ensuite invités par deux fois à répéter sur le plateau du Théâtre, en présence de l’Ensemble instrumental de l’Opéra de Lyon. Dans le contexte sanitaire, tous les participants se retrouveront fin janvier. « Nous construisons une sorte de puzzle où chaque pièce va venir s’enchâsser exactement dans les autres au dernier moment » ajoute Jean Lacornerie.

En janvier 2021, Courtney Geraghty prendra la direction du Théâtre de la Croix-Rousse. 

Bloc recherche - Actualités

En images