Thématique principale
Culture
- Publié le 18 novembre 2020

Le Musée Gadagne accueille une pirogue-vivier du XVIè siècle

Visuel principal
Vignette
Crédit photo : Muriel Chaulet

Objet imposant et émouvant, découvert  en 2004 lors de fouilles archéologiques lors du creusement du parking souterrain Saint-Georges, ce bateau a miraculeusement traversé les siècles. C’est un témoin précieux de la vie quotidienne des Lyonnais-es au début de l’époque moderne qui a été acheminé dans des conditions spectaculaires mercredi 18 novembre au Musée Gadagne.

Contenu
Contenu

D’une longueur de 6 mètres et d’un poids de 800 kg, cette pirogue-vivier posée sur la Saône servait à stocker les poissons capturés pour les conserver vivants jusqu’au moment de leur consommation ou distribution. Après sa découverte par les archéologues de l’Institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap) en 2004 lors des fouilles du parking Saint-Georges, non loin de Gadagne, la pirogue-vivier du 16e siècle a été restaurée pendant trois ans à l’atelier régional de conservation ARC-Nucléart (CEA - Grenoble). Mercredi 18 novembre, elle a été transportée à Lyon par un transporteur dans la salle du premier étage au Musée Gadagne où elle sera exposée et visible par le public à partir de mars 2021.

Des fouilles archéologiques urbaines d’une ampleur inédite
En 2003, lors du creusement du parking souterrain Saint-Georges pour la société Lyon Parc Auto, de nombreux vestiges archéologiques sont découverts sous la direction de l’Inrap. Le territoire de la ville de Lyon n’avait jamais connu une opé­ration de fouille d’une telle ampleur. Ce chantier devient très vite exceptionnel sur le plan national et européen en raison des informations qu’il livre sur la connaissance de cette zone urbaine depuis l’époque gallo-romaine jusqu’au milieu du 19e siècle (date de construction des quais actuels).

Des milliers d’objets retrouvés, dont 7 bateaux-vivier
Parallèlement à la construction du parking, les archéologues étudient cette zone prolifique : 40 000 m3 de sédiments sont explorés sur une hauteur de 10 m, 140 000 fragments et 1 915 objets sont mis au jour. Parmi ces trésors datant de l’Antiquité au milieu du 19e siècle, une quantité importante de petits ossements liés à l’alimentation des habitant-es (pois­sons, mammifères, oiseaux sauvages…), des céramiques, des armes blanches, des éléments d’habillements, de la vaisselle, des ustensiles de maison, etc. Et de manière exceptionnelle, 16 embarcations sont retrouvées, échouées sur cette zone parmi lesquelles 7 bateaux-vivier du 16e siècle. Sur la rive droite, dans le quartier Saint-Georges, une activité portuaire importante existait alors au Port Sablet.

Une découverte archéologique exceptionnelle
Après plusieurs siècles d’abandon dans les fonds vaseux de la Saône, l’épave de cette embarcation est fortement dégra­dée et nécessite une intervention de sauvetage. Pendant 3 années, l’atelier régional de conservation ARC-Nucléart (CEA – Grenoble), spécialisé dans la conservation des bois archéologiques, procède à des opérations de conservation du bois. Cette embarcation est ainsi stabilisée par imprégna­tion de résine synthétique soluble et séchage contrôlé.

Un partenariat culturel et scientifique exemplaire avec l’institut national de recherches archéologiques préventives (Inrap)
En janvier 2020, la Ville de Lyon, à travers Gadagne et le MHL, conventionne avec l’Inrap afin de valoriser une pirogue-vivier découverte lors des fouilles du parc Saint-Georges. Le MHL s’engage à assurer la conservation de cette embarcation en confiant sa restauration au laboratoire ARC-Nucléart situé à Grenoble afin de l’exposer dans son nouveau parcours per­manent. L’Inrap complète l’analyse scientifique de l’épave en donnant des informations inédites sur les techniques de construction, les matériaux employés, la datation de l’embar­cation, et en la resituant dans l’histoire de la navigation fluviale. L’Inrap enfin s’engage à être associé à la réalisation de la présentation muséographique de cette pirogue-vivier dans le nouveau parcours permanent du MHL et à participer à une journée sur les apports scientifiques de l’étude de l’embarcation à Gadagne.

La nouvelle exposition permanente « Les Pieds dans l’eau » proposera à partir de mars 2021 d’explorer la Saône et le Rhône, la rivière et le fleuve qui irriguent le territoire lyonnais et font partie de son histoire et de son identité.

Plus d'infos sur le site du Musée Gadagne.

Bloc recherche - Actualités

En images