Thématique principale
Culture
- Publié le 15 janvier 2020

Carmen Maria Vega livre son histoire

Visuel principal
Vignette

Dans son récit autobiographique Le Chant du bouc (Flammarion), la chanteuse Carmen Maria Vega, qui est née au Guatemala mais a grandi à Lyon, raconte sa quête d'identité d'enfant adoptée. 

Contenu
Contenu

Un livre autobiographique

Carmen Maria Vega a été adoptée alors qu’elle n’avait que quelques mois. Elle est née au Guatemala d’une mère activiste, elle le sait, cela fait partie de son histoire. Mais les questions se bousculent. Elle éprouve le besoin viscéral d’en savoir plus.
De Colonia El Limón, un des quartiers les plus dangereux du Guatemala, à la Belgique, Carmen Maria Vega jongle avec une famille adoptive sonnée, une avocate guatémaltèque véreuse et un vieux fou passionné de généalogie. De découvertes farfelues en révélations folles, elle comprend qu’elle a été victime d’un trafic d’enfants et qu’elle va désormais devoir courir après sa vérité.

Carmen Maria Vega, Le Chant du bouc - Editions Flammarion

 

Côté scène

Après un premier album éponyme en 2009 Carmen Maria Vega, Du Chaos naissent les étoiles en 2012, un spectacle autour de Boris Vian Fais moi mal, Boris ! et un premier film en 2013, Le jour de la grenouille réalisé par Béatrice Pollet, Carmen Maria Vega a incarné deux ans durant, de 2014 à 2016, l’emblématique Mistinguett dans la comédie musicale Mistinguett, Reine des Années Folles.
Son troisième album Santa Maria est la confession poignante de son long voyage introspectif et de l’acceptation de la vérité, Sa vérité, celle de son adoption.
 

 

Bloc recherche - Actualités